Chapitre VII – STABILITÉ DES ESPÈCES DU POINT DE VUE DE LA THÉOLOGIE

Si, comme nous l’avons vu, la stabilité des espèces dans son double sens, structurel et temporel, a toujours été appréhendée par la raison depuis Aristote, elle l’a également été par la foi, dans un contexte de Révélation, et ce depuis plus longtemps encore. Au fil des siècles, philosophie et théologie se sont ainsi complétées et enrichies mutuellement sur la question précise de la nature des espèces. Mais quel est donc l’apport propre de la théologie ? Nous montrerons tout d’abord, dans une première partie, comment la science qui part d’une étude précise de la Parole de Dieu – la théologie biblique – justifie la stabilité des espèces. Par la suite, nous dégagerons les fondements théologiques sur lesquels repose cette stabilité. Dans une dernière partie, nous mettrons en évidence de quelle manière la considération des fins dernières vient l’entériner. […]